Le D.A.

 

Le premier plan cancer a défini le dispositif d’annonce dans la mesure 40, il a été généralisé dans plan cancer 2009-2013 et il a été renforcé dans l’actuelle plan cancer 2014-2019 (objectif 7, action 7.2).

Qu’est-ce que le dispositif d’annonce ?

Le dispositif d'annonce permet au malade atteint d’un cancer de bénéficier des meilleures conditions d'annonce du diagnostic de la maladie, de la prise en charge médicale par l'information, l'écoute et le soutien.

L'annonce d'une maladie grave constitue toujours un traumatisme pour le patient, elle nécessite donc une prise en charge multidisciplinaire.

Cette prise en charge multidisciplinaire est découpée en 4 temps distinct.

1ère étape : Le temps médical

Il correspond à une ou plusieurs consultations dédiées à l'annonce du diagnostic de cancer, puis à la proposition d'une stratégie thérapeutique définie lors de la reunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). Le projet thérapeutique est présenté et expliqué au malade. La décision thérapeutique, comprise et acceptée par le malade, lui sera ensuite remise sous forme d'un programme personnalisé de soins (PPS).

2ème étape : Le temps d'accompagnement soignant

La consultation est effectuée dans les 3-4 jours qui suivent la consultation médicale. Il permet la possibilité au malade ou à ses proches d'accéder, selon leurs choix, à des soignants (en général un infirmier mais il peut s'agir aussi d'un manipulateur d'électroradiologie médicale). Ce temps peut se dérouler aussitôt après la consultation médicale ou quelques jours plus tard. Le soignant écoute le malade, reformule ce qui été dit pendant la consultation médicale, donne de l'information sur le déroulement des soins et peut orienter le malade vers d'autres professionnels (assistant social, psychologue...).

3ème étape : L'accès à une équipe impliquée dans les soins de support

L'accès à une équipe impliquée dans les soins de support permet au patient d'être soutenu et guidé dans ses démarches, en particulier sociales, en collaboration avec les équipes soignantes. La personne malade pourra ainsi rencontrer, en fonction de sa situation et si elle le souhaite, des professionnels spécialisés (assistant social, psychologue, kinésithérapeute, nutritionniste…).

4ème étape : Un temps d'articulation avec la médecine de ville

Il est indispensable que le médecin traitant soit informé en temps réel, en particulier dès ce premier temps de la prise en charge hospitalière. Il reste un interlocuteur privilégié du patient et doit être associé au parcours de soins. Le dispositif d'annonce s'appuie ainsi sur un travail de liaison et de coordination entre les différents professionnels concernés.

Source : INCa

La place du dispositif d’annonce dans le plan cancer 2014-2019

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées.

Action 7.2 : Adapter et renforcer le dispositif d’annonce.

Acquis essentiel des deux Plans cancer précédents, le dispositif d’annonce est intégré désormais à l’organisation des établissements de santé autorisés pour le traitement du cancer et doit être proposé à tous les patients. Pour renforcer l’impact de ce dispositif, il est nécessaire de l’adapter à la diversité croissante des prises en charge qui reposent de plus en plus sur un diagnostic et des traitements réalisés en ville. Il doit également répondre au mieux aux besoins des populations fragiles, en particulier les personnes porteuses d’une déficience intellectuelle.

  • Redéfinir avec les différentes parties prenantes (professionnels hospitaliers et libéraux, usagers…) le contenu du dispositif d’annonce, ses différents temps (annonce du diagnostic et annonce du traitement) et ses modalités de mise en œuvre en cohérence avec l’évolution des prises en charge.
  • Aborder, lorsque c’est pertinent, la problématique de la préservation de la fertilité dès la consultation d’annonce de la proposition thérapeutique.
  • Sensibiliser et former les professionnels de santé libéraux et hospitaliers à l’annonce du diagnostic tout au long de leur parcours professionnel.
  • Amplifier le suivi des populations fragiles, soit en étendant pour ces populations le rôle de l’équipe d’annonce à l’ensemble du parcours, soit en faisant intervenir d’autres personnels dédiés (infirmiers de liaison ou de coordination).
  • Intégrer les modalités particulières de l’annonce pour les cancers pédiatriques, en termes de formation des professionnels, de supports d’information, de lieux d’annonce spécifiques, de soutien psychologique aux enfants et à leurs familles ou encore de suivi social.
  • Adapter le dispositif d’annonce aux enfants et aux adultes porteurs d’une déficience intellectuelle, afin de favoriser leur compréhension et leur consentement éclairé aux propositions thérapeutiques.

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

  •  Systématiser l’information des patients concernés, dès la consultation d’annonce de la proposition thérapeutique, sur les risques des traitements du cancer pour leur fertilité ultérieure et sur les possibilités actuelles de préservation de la fertilité, notamment chez les enfants et les adolescents.
  •  Adaptée à la situation personnelle des patients, cette information doit être réalisée y compris lorsque le traitement de première intention n’apparaît pas d’emblée comme stérilisant. Lorsque le patient le souhaite, il devra être adressé à un spécialiste de la reproduction compétent en préservation de la fertilité.
  •  L’annonce d’un diagnostic de cancer est un moment qui peut être opportun pour aborder la prévention, et en particulier pour inciter à l’arrêt du tabac. L’équipe impliquée dans la prise en charge est un relais déterminant dans la sensibilisation des patients aux messages de prévention. L’enjeu du Plan cancer est donc de donner une place réelle au sevrage tabagique en cancérologie.
  •  L’annonce d’un diagnostic de cancer à un patient peut être aussi un moment propice à une prise de conscience sur sa consommation d’alcool et sur la mise en place d’une démarche de prise en charge.

Le Réseau ONCOMEL & le dispositif d’annonce

Le Réseau ONCOMEL, a pour objectif de réfléchir et travailler à la mise en place du dispositif d'annonce dans ses différents établissements adhérents. Il a donc été créé un comité de pilotage 3C. Chaque CME d'établissement (Commission Médicale d'Etablissement) a nommé un médecin Référent Médical qui participe aux réunions 3C du Réseau ONCOMEL. Il représente son établissement, intervient dans la prise de décision lors des différentes réunions, et la diffusion des informations dans son établissement.

Suite à l'état des lieux de l'annonce du cancer auprès des différents professionnels de chaque établissement, la décision a été prise de créer un document unique et commun pour favorisé la qualité de l'accompagnement du dispositif d'annonce pour le patient, il est composé de :

Une « fiche de liaison » qui est complétée par le médecin lors de l'annonce du diagnostic dans un premier temps, permettant d’avoir une traçabilité et de renseigner de nombreuses informations, notamment sur :

  •  L’identité du praticien,
  •  L’identité du patient,
  •  Le schéma thérapeutique,
  •  Ce que le patient et son entourage sait,
  •  Ce qui a été dit lors de l’annonce,
  •  Les complications abordées.

Lien PDF vers la fiche de liaison

Une « fiche de consultation soignante » qui permet le relais par une équipe soignante comportant de nombreuses informations :

  •  Des données générales,
  •  La compréhension du patient,
  •  Les retentissements,
  •  Une reformulation et complément d’information,
  •  Une détection de la fragilité sociale,
  •  Une présentation et orientation vers des personnes ressources,
  •  Une appréciation par le soignant de la consultation.

Lien PDF vers la fiche de consultation soignante

Ces documents sont distribués pour utilisation dans les différents établissements adhérents du Réseau ONCOMEL. Ils sont également accompagnés d'une procédure élaborée au sein du réseau par le comité de pilotage et qui a également été adressée aux membres du Réseau.

Lien PDF vers la procédure

Ces documents sont régulièrement mis à jour par le Réseau ONCOMEL.