Le D.A.

 

Le premier plan cancer a défini le dispositif d’annonce dans la mesure 40, il a été généralisé dans plan cancer 2009-2013 et il a été renforcé dans l’actuelle plan cancer 2014-2019 (objectif 7, action 7.2).

Qu’est-ce que le dispositif d’annonce ?

 

L'annonce d'une maladie grave constitue toujours un traumatisme pour le patient. Réalisé par des professionnels de santé, le dispositif d'annonce a pour objectif de permettre au patient de bénéficier des meilleures conditions d'information, d'écoute et de soutien. Ceci, en lui assurant un temps médical d'annonce et de proposition de traitement, un temps soignant d'accompagnement et de repérage de ses besoins ainsi qu'un accès à des soins de support.

Instauré en 2005 lors du premier Plan cancer, le dispositif d’annonce représente une grande avancée et un temps fort du parcours de soins. Ce dispositif constitue, par ailleurs, l'une des conditions transversales de qualité auxquelles les établissements de santé se doivent de satisfaire afin d’être autorisés à traiter le cancer. Plus de dix ans après sa mise en place, des évolutions ont été apportées afin d’aider les professionnels à proposer un meilleur accompagnement aux patients et renforcer la coordination entre les différents professionnels.

Le nouveau référentiel précise les outils à disposition des professionnels pour les guider dans leur pratique. Il invite notamment à porter une attention toute particulière aux enfants, aux publics les plus fragiles ainsi qu’aux patients atteints d’un cancer de mauvais pronostic.

 

UN TEMPS FORT DU PARCOURS DE SOINS

Le dispositif d'annonce est construit autour de cinq temps successifs, réalisés par des personnels médicaux ou soignants. Ces différents temps d’annonce se doivent d’être guidés par l’empathie et l’humanité.

L’objectif de chacun de ces moments est d’instaurer une relation professionnel-patient favorisant l’implication future du patient dans ses soins.

Le lieu et le moment de l’annonce ainsi que le savoir-être durant ce temps constituent des enjeux importants, décrits dans ce nouveau référentiel.

 

TEMPS D’ANNONCE DE LA SUSPICION DE CANCER

Le temps d’annonce de la suspicion d’un cancer est le moment au cours duquel le potentiel diagnostic de cancer est évoqué pour la première fois au patient, par exemple à l’occasion d’un examen clinique, ou devant une image suspecte ou un résultat biologique anormal. Cette annonce a généralement lieu dans un cabinet de ville.

 

TEMPS D’ANNONCE DE LA CONFIRMATION DU DIAGNOSTIC

Cette étape fait suite aux examens complémentaires ayant permis l’obtention d’un diagnostic de certitude. Au cours de cette consultation, le médecin confirme le diagnostic de cancer et aborde, lorsque cela est pertinent ou possible, les types de traitement et options thérapeutiques pouvant être envisagés à ce stade et les éléments du pronostic. Cette étape est essentielle.

 

TEMPS DÉDIÉ À LA PROPOSITION THÉRAPEUTIQUE

Cette consultation présente la proposition de la stratégie thérapeutique définie lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). Le projet thérapeutique est présenté et expliqué au patient. La décision thérapeutique, comprise et acceptée par le patient, lui sera ensuite remise sous forme d'un programme personnalisé de soins (PPS) lors de cette consultation. Le PPS contient également la liste des contacts utiles pour le patient. Par ailleurs, le médecin peut lors de cette consultation identifier certains besoins en soins de support du patient.

Selon les demandes des patients et la complexité de la pathologie, les temps d’annonce de la confirmation du diagnostic et de proposition thérapeutique peuvent être dissociés ou confondus.

 

TEMPS D'ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT PARAMÉDICAL

Il offre au patient ou à ses proches la possibilité d'accéder, selon leurs choix, à des soignants (en général un infirmier mais il peut s'agir aussi d'un manipulateur d'électroradiologie médicale).Le soignant écoute le patient afin d’appréhender son niveau d’information, ses préoccupations. Il reformule ce qui a été dit pendant la consultation médicale, informe sur le déroulement des soins, et surtout évalue les besoins du patient en soins de support. Il peut ainsi orienter le patient vers des structures et professionnels compétents, au sein de l’établissement de santé ou en ville (assistant social, psychologue…).

 

CONSULTATION DE SYNTHÈSE

Afin de garantir la continuité et la qualité des soins, il est indispensable que le médecin traitant dispose d’un accès à l’ensemble des informations relatives au diagnostic et à la proposition thérapeutique du patient . Il reste un interlocuteur privilégié du patient et doit être associé au parcours de soins. Le dispositif d'annonce s'appuie ainsi sur un travail de liaison et de coordination entre les différents professionnels concernés.

Lors de cette consultation, le médecin traitant reformule, commente, complète et répond aux interrogations éventuelles du patient et/ou de ses proches, dans la continuité de ce qui a été dit dans l’établissement où le patient est traité.

 

UNE GARANTIE DE QUALITÉ

Le dispositif d'annonce constitue l’une des conditions transversales de qualité, rendues obligatoires dans le cadre du dispositif d'autorisation des établissements de santé pour la pratique de la cancérologie. Ces conditions transversales sont au nombre de six :

  • La mise en place du dispositif d'annonce
  • La mise en place de la concertation pluridisciplinaire (RCP)
  • La remise au patient d'un programme personnalisé de soins (PPS)
  • Le suivi des référentiels de bonne pratique clinique
  • L'accès du patient à des soins de support 
  • L'accès du patient aux traitements innovants et aux essais cliniques

Ces conditions s'appliquent à l'ensemble des pratiques thérapeutiques visées par le dispositif d'autorisation. Leur respect est donc obligatoire pour la pratique de la chirurgie des cancers, de la radiothérapie externe, de la chimiothérapie, et de l’immunothérapie. Le dispositif d'annonce et plus largement l'ensemble des éléments inhérents à la prise en soins initiale du patient, à savoir la concertation pluridisciplinaire, le PPS et l'accès à des soins de support constituent des critères de prise en charge opposables.

 

SOURCE INCA ici

L'inca a publié un référentiel organisationnel ÉVOLUTION DU DISPOSITIF D’ANNONCE RECOMMANDATIONS ET RÉFÉRENTIELS D’UN CANCER

 

Le Réseau ONCOMEL & le dispositif d’annonce

Le Réseau ONCOMEL, a pour objectif de réfléchir et travailler à la mise en place du dispositif d'annonce dans ses différents établissements adhérents. Il a donc été créé un comité de pilotage 3C. Chaque CME d'établissement (Commission Médicale d'Etablissement) a nommé un médecin Référent Médical qui participe aux réunions 3C du Réseau ONCOMEL. Il représente son établissement, intervient dans la prise de décision lors des différentes réunions, et la diffusion des informations dans son établissement.

Suite à l'état des lieux de l'annonce du cancer auprès des différents professionnels de chaque établissement, la décision a été prise de créer un document unique et commun pour favorisé la qualité de l'accompagnement du dispositif d'annonce pour le patient, il est composé de :

Une « fiche de liaison » qui est complétée par le médecin lors de l'annonce du diagnostic dans un premier temps, permettant d’avoir une traçabilité et de renseigner de nombreuses informations, notamment sur :

  •  L’identité du praticien,
  •  L’identité du patient,
  •  Le schéma thérapeutique,
  •  Ce que le patient et son entourage sait,
  •  Ce qui a été dit lors de l’annonce,
  •  Les complications abordées.

Lien PDF vers la fiche de liaison

Une « fiche de consultation soignante » qui permet le relais par une équipe soignante comportant de nombreuses informations :

  •  Des données générales,
  •  La compréhension du patient,
  •  Les retentissements,
  •  Une reformulation et complément d’information,
  •  Une détection de la fragilité sociale,
  •  Une présentation et orientation vers des personnes ressources,
  •  Une appréciation par le soignant de la consultation.

Lien PDF vers la fiche de consultation soignante

Ces documents sont distribués pour utilisation dans les différents établissements adhérents du Réseau ONCOMEL. Ils sont également accompagnés d'une procédure élaborée au sein du réseau par le comité de pilotage et qui a également été adressée aux membres du Réseau.